Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 23:14
C'est plus difficile quand on connait les gens. Du moins quand on les connait un peu mais pas tant que ça. Il se trouve qu'on prenait le métro ensemble, à plusieurs, et que j'étais en face de lui. Comme un automatisme, je lui ai dit, tu sais, normalement, la personne qui est en face de moi je lui demande la photo de ses mains.
Il a eu une moue.
Peut-être, c'était une première réaction dubitative et cherchant à se faire convaincre. Mais peut-être, c'était un refus catégorique.

Je n'ai pas insisté.

Tout de suite après je m'en suis mordue les doigts, si je puis dire, mais c'était trop tard. La conversation du groupe avait repris, et moi je suis restée un peu flottante avec mon regret de mains.
Ma demande n'était pas une demande. C'était le rappel d'une règle à moi seule fixée, j'aurais aimé qu'il ait la complaisance de la croire universelle et kantienne. Mais non, il a eu une moue.
Avec l'interprétation possible, qu'elle soit un refus catégorique.
C'est que je perçois chez lui, comme une capacité exceptionnelle au retrait. Pas dans le sens, battre en retraite, ni faire retraite, encore moins prendre sa retraite. Plutôt un retrait, comme les solides qui se condensent. Comme les astres qui rayonnent très loin, puis se rétractent en eux-mêmes, géante rouge, naine blanche, géante rouge, naine blanche. La condensation, le retrait, étant le moment de la plus grande puissance.

Mon abandon, c'était peut-être ça : une intimidation devant cette forme là de charisme. Ou bien, je venais de faire l'expérience que bizarrement les mains sont des objets flottants sur la ligne d'initimité. 

Entre deux personnes qui ne se connaissent pas : mains publiques et anonymes, mains pour faire et pour voir.
Entre deux personnes qui se connaissent vraiment :  mains familières, mains pour toucher.
Entre deux personnes qui se connaissent, mais pas trop, mais pas tant que ça : mains pudiques, mains pour cacher.  

C'est une question de milieu, de salinité de l'ambiance, quelque chose comme ça : ça émerge, ça tombe, ou ça flotte. 

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article

commentaires

sandy 07/02/2009 20:24

bonjour

je vous admire pour ce que vous ecrivez
c'estbeau ce que vous nous faite partager

bravo bonne continuation