Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 11:40

Curieux, comme les mains qui se disent "de travailleur" sont celles qui se présentent spontanément paume ouverte. Le visage l'était aussi, à ma demande saugrenue il a répondu par un sourire. Pourtant, ces mains m'impressionnaient : immenses, même si l'échelle est difficile à rendre quand la main d'un seul pose.
Main de travailleur, mais aussi main de patron, et pour lui ce n'est pas faux-semblant. Il est guadeloupéen, venu voir ses enfants en métropole, pour quelques jours. Là-bas il a sa propre affaire dans le bâtiment, emploie vingt personnes, et a soutenu la grêve. " A la fin c'était dur. Mais en même temps ça doit changer là-bas. Les gens ici croient qu'on a la belle vie, mais ce n'est pas vrai. Vous savez, quand vous achetez une bouteille de lait 1 euro ici elle coûte 6 là-bas." Encore un rapport d'échelle difficile à représenter dans un seul cadre (République une et indivisible). Ce matin les infos revenaient sur les stock-options et les rapports, aussi, entre les salaires des dirigeants munis de stock-options et ceux du bas, de l'échelle. Mais ctte fois là, dans le métro, ce n'était pas la même échelle :  Main de travailleur, main de patron, il n'y en a qu'une et c'est la même, il n'y en a pas une gauche pour l'un des statuts et une droite pour l'autre, ce sont les mêmes mains.
Vu hier Les portes du paradis, et ce personnage qui justement ne fait pas coincider sa main droite et sa main gauche, qui est contre ce que son camp décide mais y reste (je suis prisonnier de ma classe, dit-il), me semble une figure assez juste de notre (ma, en tout cas, trop souvent) position de spectateur. Mais bien sûr tout cela n'est transposable que toutes choses égales par ailleurs.
Et ceci qui n'a (presque) rien à voir, rapport d'échelle toujours, sauf la question de l'entraide : merci à Christophe Borhen.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article

commentaires

PhA 24/03/2009 17:18

Si, elle est bien visible, l'immensité de cette main ; je m'en faisais la remarque avant même de lire. Ce qui peine à l'être (visible), c'est la réalité antillaise aux yeux de la métropole - car enfin ce n'est pas d'hier, ces prix scandaleux, et ce que ça recouvre.