Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 21:28
A République j'ai sursauté. J'ai sauté d'un bond de mon strapontin, et puis j'ai vu, on était à République, je n'étais pas arrivée. 
A posteriori : République, c'était un bon présage.

Il avait l'air amusé quand je me suis assise de nouveau à côté de lui. J'ai expliqué, j'ai dit que j'étais dans mon livre, j'ai cru avoir loupé ma station. Il m'a dit : lisez, je vous préviendrai. J'ai trouvé ça gentil, et puis drôle aussi, parce comment m'aurait-il prévenu, il ne savait pas où j'allais.
Alors j'ai regardé ses mains. Forcément, il avait beau ne pas être en face de moi mais à côté, des mains comme ça je ne pouvais pas les laisser passer.

- Alors vous me dites que vous lisez et en fait vous regardez mes mains.

On a essayé de prendre quelques photos, mais ça ne rendait pas bien, et on a convenu de les faire sur le quai. Car il s'est avéré que nous descendions à la même station.
Nous avons fait plusieurs essais, nous sommes tombés d'accord que celles là étaient les meilleures, sur fond de bitume ces mains là passaient très bien.

Entre temps on s'était mis à se tutoyer.

De ses mains je sais qu'une des deux ne s'ouvre pas bien car elle a été trouée. La cicatrice se voit peu, sous les dessins. Il y a deux inscriptions en écriture thaïe, son prénom, et le nom de la boxe thaïe, car il en a fait beaucoup. Il a une tête de mort sur la main droite (la moto) et une fleur sur la main gauche. Il a les 5 points (seul entre quatre murs), dont je ne connaissais pas la signification, et qu'il a camouflé pour ne pas avoir d'ennui au travail. Il m'a dit avoir aussi des yeux sur les genoux, un éléphant dans le dos, la tête de Maure Corse sur le poignet, et bien d'autres choses encore qu'il ne m'a pas décrite en détail, car sa peau est un vaste territoire marqué d'absolument partout, et l'emplacement de quelques tatoutages lui est incertain.
Il a fait son premier tatouage à seize ans, et le deuxième, la Corse, il l'a coloré seul, chez (j'ai oublié le nom) à Pigalle. Il m'a demandé si je connaissais l'endroit. J'ai dit non, que c'était un monde qui m'était étranger. Il a rigolé, il m'a dit, faut sortir un peu, Cécile. J'ai déjà sorti la tête de mon livre pour regarder ses mains : c'est un beau début.

Il m'a dit aussi, que sur son pied droit, je crois, toujours à cause de la boxe thaïe, il avait fait inscrire : morituri te salutant.
Ceux qui vont mourir te saluent. On ferait bien parfois, de s'adresser comme ça les uns aux autres : pas pour se donner des coups de pieds, mais pour ne pas oublier de se serrer la main.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article

commentaires

Tanguy Deglise 24/04/2009 01:54

Bonsoir Cecile,
… Km 669 - revenir en arrière - revenir au Km 0 et relire – avoir un autre regard - ressentir de nouveau - laisser l'émotion nous envahir pour tenter de percevoir le «big-bang», les sentiments de l’instant zéro… ceux qui étaient là bien avant que le mot ne s’arrête sur cette page blanche – ceux de l’émotion première qui finiront en un concentré de matière dont nous ne percevons, à la première lecture, que l’enveloppe externe – l’encre sèche du mot - Reprendre «contact» pour dépasser l’émotion de la lecture première – avoir un autre regard – celui de l’autre peut être.
A bientôt et merci pour ce voyage.
Tanguy

cécile portier 24/04/2009 08:39


Merci beaucoup pour cette lecture, Tanguy
A bientôt
Cécile


Zoë Lucider 23/04/2009 22:26

J'aime bien cette mano manie. Savez-vous que je vous ai montrée du doigt sur mon vent des blogs?

cécile portier 24/04/2009 08:38


Merci Zoé, oui, j'avais vu, je voulais vous remercier, me suis fait dépasser... Peut-être une partie de mon intérêt pour les mains vient du fait que je trouve que je n'en ai pas assez pour faire
tout ce que je veux! A bientôt sur votre blog
Cécile