Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 15:24


Sur la question de la mise en forme,
toujours, j'ai aimé vraiment le dernier livre de Philippe Annocque, Liquide. Celui dont il est question dans ce livre, (le personnage, l'individu, le celui qui n'est pas le narrateur, comment le qualifier? ) est tellement apte, tellement adapté, tellement adaptable, que de forme propre il n'en a pas. Il devient ce que le contexte fait de lui. Jusqu'à ce que le contexte se lasse d'en être un et le laisse s'échapper, s'assécher.
Pour moi c'était comme un plaisir de cousinage de lire ce texte, avec l'indétermination comme personnage principal. Quand j'ai écrit Contact, c'est sur une route que j'ai placé un personnage similaire, tentant de suivre une trajectoire au choix illusoire. Philippe Annocque rend l'immobilité du fluide encore plus criante : là, le personnage est assis devant une eau qui coule, et vers où ne sera jamais vraiment la question.

Et qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire, exactement, qu'on soit plusieurs, au moins deux, mais évidemment beaucoup plus que ça, à se poser cette même question, non pas franchement celle de l'identité, mais celle de la relation à l'autre, et comment ne pas le prendre ni pour un récipient, ni pour une destination?
 

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

ms 14/05/2009 07:43

Ah c'est drôle, Cécile, toutes les deux le même jour, dans ces mêmes eaux..

cécile portier 14/05/2009 11:31


oui, j'ai vu que vous en aviez (très bien) parlé aussi! Et ça ne m'étonnait pas que ça vous plaise, sans vous connaitre tant que ça


PhA 13/05/2009 21:57

Et moi qui passais vous offrir ces quelques mains ( http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites/index.php/2009/05/13/121378-jeux-de-mains ) trouvées dans un Cabinet déjà bien connu et qui vaut la visite, me voilà joliment récompensé ! Merci Cécile !

cécile portier 14/05/2009 11:37


Merci pour ces  mains... C'est vrai que coupées du corps elles sont souvent monstreuses, douées d'une vie propre dont on se demande ce qui pourrait bien les arrêter.
A bientôt, et que le champagne continue de couler à flots, comme les paroles bienveillante sur votre beau livre


Perrine 13/05/2009 20:34

Parceque l'important est là, pas dans l'identité ou la direction mais dans la relation....
Comme en biologie, bien plus important que de savoir qui est là dans les écosystemes c'est comment circule l'energie (les relations) entre les différents organismes....

Et nous humains on est fait de ça on se nourrit de ça: de nos relations aux autres...

Et Albert Jacquard à bien résumé: je suis les liens que je tisse avec les autres.

D'autres livres qui posent aussi cette question des liens il y a La horde du contrevent de Alain Damiaso et les 4 tomes de Hypérion et Endymion de Dan Simmons

cécile portier 14/05/2009 11:41



Merci Perrine pour ce regard de biologiste sur cette question de relation. Cela me fait penser à un autre très bon livre lu récemment, Sphex, de Bruce Bégout. Mais alors là, l'écosystème humain
est bien dégradé dans cet univers... le nôtre, en fait.