Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 19:10

















Ils étaient ensemble, sur cette banquette de métro comme dans la vie, alors j'ai enfreint la loi de l'interdiction de la diagonale (la loi qui me prescrit de ne photographier que les personnes en face), pour les garder ensemble. D'autant que c'est important, pour eux, du moins ce fut mon impression, de garder ensemble les êtres qui comptent. La bague main droite d'ELLE , est le sertissage d'un diamant de famille dans une bague dessinée par LUI. La bague main gauche est une bague recomposée à partir de la fusion de plusieurs bijoux familiaux. ELLE m'a dit que cela s'appelait un meltdown, j'ai appris aujourd'hui qu'on employait aussi ce mot pour parler de la fusion dans un réacteur nucléaire. Et aussi pour parler d'un désastre. Un meltdown contre un autre, en somme. Se fondre ensemble pour lutter contre le désastre de la disparition. ELLE m'a montré cette bague en me disant : "ils sont tous là".

De ces mains, ELLE m'a dit que l'arthrite s'en était emparée, lui déformant, sans douleur, mais de façon irrémédiable, les doigts. LUI a dit en plaisantant que c'était une bonne manière de déléguer à l'autre toutes les tâches difficiles. ELLE a ri et dit : "si seulement c'était vrai!". Pas d'erreur : c'est un vrai couple.
Quant à LUI, ses mains sont incontestablement fortes et musclées : il est batteur de jazz, et le maniement des baguettes, depuis si longtemps, lui a façonné des doigts très massifs. J'ai repensé au très jeune batteur de rock rencontré il y a quelques semaines, aux mains encore si fines. J'ai pensé au temps qui nous donne notre forme, dans un meltdown que le seul sertissage de nos actes peut sauver du désastre.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article

commentaires

Zoë 06/06/2009 22:21

Je ne sais pas quel âge ils ont respectivement mais les mains de l'homme ont l'air très jeunes comparées à celles de la femme. La musique conserve.

cécile portier 07/06/2009 21:29



En fait, ils avaient tous les deux quelque chose de très jeune. Mais cela ne peut se voir sur une photo



Stéphan 06/06/2009 09:58

Là les mains, mais les visages des "vieux" comme ils sont tordus, creusés, figés dans une seule expression. J'imagine l'expression qu'un événement originel leur a fait prendre un jour, puis s'est cachée avalée par leur peau. J'imagine plutôt que le temps dévoile cette forme cette extase d'un jour petit à petit, en creusant les couches superficielles, plutôt qu'il la donne.

cécile portier 07/06/2009 21:30


Oui, et cette sculpture de soi, nous en sommes pourtant responsable : c'est nous qui donnons de la beauté aux gestes du temps. Et j'ai trouvé que ces deux personnes s'en sortaient très bien dans
cet exercice difficile.


PhA 06/06/2009 09:55

"la loi de l'interdiction de la diagonale" : la loi garde-fou

cécile portier 07/06/2009 21:33



et pourtant les fous biaisent moins que les raisonnables, qui savent calculer, trop bien, les obliques efficaces