Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 15:10

Il a écrit cela de ses mains :

"A nouveau, l’apparition des taches rouges dans les paumes, au moment où je reprends l’écriture de la séquence autour de laquelle s’articule « Nu intégral ». Je ne peux que constater la manière dont ces taches se superposent très exactement à la carte d’état major du lieu de l’attaque, à proximité du village de X. Plus je tente de faire le point, plus les taches forcissent, jusqu’à ce que le sang perle. La nuit, après avoir désinfecté puis bandagé mes mains, elles brûlent atrocement, comme encore rongées par les puces de sable.

Qui écrit à l'envers du corps?"


Je connaissais déjà son travail, je savais déjà tout ce que lui tentait d'écrire à l'endroit d'un corps que je savais douloureux, mais je n'avais jamais pris le temps d'en savoir plus. Quand il m'a autorisé à reprendre cette photo je suis allée voir sa notice biographique. Et je tombe sur ça : 



1965
: naissance de Philippe Rahmy à Genève, père franco-égyptien, mère allemande. Maladie des Os de Verre. Fracture des deux mains à la naissance.


Depuis, cette pensée de l'enfant qui nait en se fracturant les mains m'accompagne. Je pense à tout ce que cela doit changer. Pour la plupart d'entre nous, l'ouverture des portes du monde se fait comme au saloon, on pousse d'un coup les portes à battant et pouf, on entre. Et puis là non, c'est les mains qui se cassent sur les portes du saloon. Ou qui se prennent dans les gonds, on ne sait pas. Et de tout façon cela ne s'arrête pas à l'entrée, le monde ensuite continue de broyer ces os trop fragiles. 
J'essaie de comprendre ce que cela doit changer, moi qui ne me suis jamais, jamais cassé le moindre petit os. Moi qui n'ai connu l'anesthésie nécessaire que pour des évenements dont je n'étais pas la principale protagoniste (ouverture des portes du saloon). J'essaie de comprendre ce que cela peut changer, quand déjà, dans un corps adapté, la question de l'habiter me semble pourtant difficile.
 
Je lis ces quelques phrases tirées de
sms de la cloison :

"Réduit à mon
seul prénom
continuer encore
un peu sur cette
barque de peau"


"Renoncer
prolonge l'effort
de naître"


Et puis :

"Comment 
témoigner
encore en
l'absence de
toute force"

Je pense aux tâches rouges, comme une carte, apparues sur la main au moment d'écrire un texte, et je lis encore cela : 

"La sainteté est la
seule alternative
au poème"
 

Stigmate : évidemment la question de la sainteté, et du témoignage. Mais aussi, ces acceptions qui peut-être permettent à la sainteté et au poème de se retrouver sur des terrains où les passifs religieux ne viendront pas les faisander :

  1. (Botanique) Extrémité supérieure d’un style d’un pistil d’une fleur.
    • Le stigmate reçoit le pollen et le retient. - Stigmate bifide. - Stigmate sessile.
  2. (Entomologie) Orifice des trachées, organe respiratoire placé sur les côtés du corps des insectes.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article

commentaires

eliot 11/12/2009 08:45


Bonjour,
Après avoir créé un blog ou il y a trops de fautes d'orthographes, j'ai googelizé "os de verre blog" et suis tombé sur votre post.
j'en reste quoi.
bonne journée
e.


Renard 24/06/2009 16:35

Très intéressante comparaison entre naissance et entrée dans un saloon..