Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 17:16

Nous classons, nous sommes classés. Nous sommes quotidiennement rangés dans des catégories qui nous rapprochent, nous isolent. Nous vivons dans des tiroirs étanches et très peu coulissants.
Le premier partage : l'attribution d'un sexe. Partage ou plutôt (dé)partage, comme on dit qu'il est nécessaire de départager deux équipes concurrentes et égales? Qu'a t'on cessé de partager pour qu'il soit nécessaire toujours d'organiser entre les sexes le décompte minutieux des attributions respectives? Et de la primauté?
Cette primauté des attributions, on sait historiquement vers qui des deux elle s'organise, quand il s'agit, mettons, de la question très vaste et vague du pouvoir. Mais il se trouve que sur l'attribution du plus grand nombre, les femmes ont dans le monde la part sinon belle du moins la plus grande. Il n'est pas certain que cela continue : du fait d'un départage massif à la naissance, manque 90 millions de femmes à l'appel en Asie.
En France, 2 453 398 femmes de plus. Alors, puisqu'elles sont plus nombreuses, on dira que cette personne qui s'écrit au rythme des statistiques est une femme. Disons que c'est la 2 453 398 ème.

C'est une femme.
C'est peu de choses de dire cela : juste quelques agencements de chair différents. C'est une réalité qui recouvre des figures tellement variées. Qui recouvre aussi des incertitudes. Qui efface la communauté de vie et de condition, malgré tout, entre homme et femme.  
C'est peu de choses, et pourtant, de là découlent tellement de présupposés narratifs pour ce personnage, sur son comportement, ses vêtements, ses émolûments.
Nous verrons comment ELLE s'en débrouille.




Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans Simple Appareil ®
commenter cet article

commentaires

Chr.Borhen 28/08/2009 20:14

Mais c'est la 2 453 398 ème au regard de l'état civil ou bien au regard de celui (celle) qui compte ?

cécile portier 31/08/2009 13:05


Ceci est une fiction, alors disons que c'est au regard de celle qui conte (car je ne compte pas si bien que cela, même si je suis obligée pour la cause de me mettre aux graphiques excell)


dominique boudou 27/08/2009 20:44

Vos sismographes sociaux me plaisent ; ils nous façonnent, trop hélas, même quand nous en avons conscience. Je vous ai mis en lien.

cécile portier 31/08/2009 13:08


Merci. Le lien devient réciproque, je vous inscris également avec plaisir dans mes blogs suivis. A bientôt