Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 15:35


La question de savoir si on correspond à un prototype est sans doute importante, mais Nathalie ne se la pose pas. La question qu'elle se pose c'est, comment pousser les murs, pas de savoir si elle vit dans une surface que ceux qui détiennent les clés des catégories considéreraient comme adaptée à son cas. Elle fait partie des 37,5% de locataires, elle aimerait bien acheter, et même acheter plus grand, mais voilà, elle sait, ou elle ne sait pas, que l'indice de souffrance immobilière est encore haut, en tout cas ce qu'elle sait c'est qu'elle ne va pas déménager tout de suite.
Elle a conscience que 70 mètres carrés, 70,5 exactement, ce n'est pas si mal. Mais sur les 70,5, il y en a 9 pour le couloir. Et ils sont cinq à se partager le reste. Ce n'est pas si mal mais ce n'est pas si bien. Et surtout les murs sont fins, on entend les voisins.
Elle se console, aujourd'hui, après avoir entendu une info alarmante sur le
jeu du foulard que certains enfants pratiquent en solitaire pour rechercher l'évanouissement : au moins derrière les cloisons en papier de cigarette, elle entendrait son enfant tomber.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans Simple Appareil ®
commenter cet article

commentaires

virginie 14/09/2009 13:40

mais au croisement de toutes ces occurences probables, il y un être unique. Ce qui n'existe pas, c'est l'être moyen en tout qui serait l'incarnation du croisement de toutes ces variables. La preuve, Nathalie ne lit pas Nothomb.

Chr.Borhen 13/09/2009 21:11

De deux étranglements choisir le moindre.

cécile portier 14/09/2009 09:37


Ou bien celui qui est fécond (la mandragore, origine du titre de ce site, est la fleur des pendus)


Zoe 13/09/2009 15:34

Intéressant ce projet de description d'un personnage à partir du sismographe sociologique avec tentative d'évasion hors des lignes de démarcation. L'histoire du prénom très marqué dans une génération rend bien compte des embarras qu'on dépose sur les genoux des petits enfants en leur donnant des noms incroyables ou trop mode (combien de Kevin à une époque ?)

cécile portier 14/09/2009 09:40


Oui, et les tentatives d'evasion trouvent rarement leurs issues. Mais je crois qu'il faut les chercher ailleurs que dans les galeries officielles : il doit bien exister quelques réseaux
pneumatiques où souffle la liberté, comme dans les Zefirottes de Claude Ponti


jc 11/09/2009 20:46

terrible