Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 00:01

Invitation croisée entre Dominique Boudou et moi dans le grand chambardement du premier vendredi de chaque mois, vases communicants, initié par François Bon, animé par Jérôme Denis et Pierre Ménard : ça déménage.

Je me suis dit que cette fois-ci il fallait que je me lance. L’âge venant, le désir de comprendre se fait plus aigu. Mais ma boîte à outils est bien pauvre. Alors je me tourne vers Qu’est-ce que la philosophie de Deleuze et Guattari. Houla ! Mon Dieu ! Ma tête ! Ma tête ! Je ne sais plus dans quel paysage je me perds. Serait-ce un vortex, un labyrinthe, un escalier à centuple révolution, une multiplication de neurones et d’axones en ébullition chimique ? Quel plaisir cependant de constater que le concept selon Deleuze est un vagabond aussi palpable dans son errance qu’un corps humain !

Il écrit, (oui, c’est plus Deleuze que Guattari qui est à l’œuvre dans ce livre-là) :« Le concept est affaire d’articulation, de découpage et de recoupement… Il est un tout … mais un tout fragmentaire… [et] peut sortir du chaos mental qui ne cesse pas de le guetter, de coller à lui pour le réabsorber. »

Il ajoute : « Le concept de l’oiseau n’est pas dans son genre ou son espèce, mais dans la composition de ses postures, de ses couleurs et de ses chants… »

C’est parce que le concept deleuzien est tout à la fois absolu et relatif, dans un mouvement permanent de l’un à l’autre que la poésie s’invite au chantier. On croise des visages, des murs de pierre sèche, des ponts mobiles, des carrefours, des seuils et, croyant rentrer au port comme disait Leibniz, on se retrouve rejeté en pleine mer. Dans un monde régi par les diktats des gouvernants, des financiers, des grands boutiquiers du vide, j’aime cette philosophie de la puissance adossée à l’impuissance. Gilles Deleuze disait aussi que « penser c’est suivre une ligne de sorcière ». Je vérifie l’état de mon balai, les poils et le manche fonctionnent à merveille. Et hop ! Un petit tour sous le firmament du chaos. Les enzymes gloutons de la pensée cherchent à me tailler des croupières mais j’en sortirai vivant. Je vous le promets.

Dominique Boudou



Les autres participants aux vases communicants  : (que les oubliés se manifestent)
Frédérique Martin
et Désordonnée
Anna de Sandre et Tor-ups
Tiers livre  et la vie dangereuse
A Chat perché et Mahigan Lepage
C’était demain et Petite racine
Les lignes du monde et Paumée
36 poses et Arnaud Maisetti

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

Anna de Sandre 03/10/2009 20:50


Tu en sortiras vivant, et cela est une bonne nouvelle :o)


arf 03/10/2009 16:12


Je comprends mieux maintenant que j'ai lu ce texte pourquoi et comment parfois mes pensées abyssales s'apparentent à des chasses à la sorcière. J'aime bien savoir ce qu'on y trouve dans ce
firmament du chaos.

Que les oubliés se manifestent : Gilles de ligne de vie et votre commentateur. :)


dominique boudou 02/10/2009 23:38


A Zoé,
Mais Celan a dit que l'acte de création n'était plus possible après l'holocauste.
Alors, comment se faire son chemin sinon en décrétant que ceci ou cela est le chemin que l'on ouvre ?


brigitte giraud 02/10/2009 19:11


J'aime bien ce que serait un concept : une espèce d'image floue dont les bords, en revanche, auraient leur netteté, pour aller voyager ailleurs.


Zoe 02/10/2009 14:25


N'est-ce pas Deleuze qui a dit que l'acte de création est le seul moyen d'échapper à la honte d'être un homme.
Je manifeste que Sophie K et Zoë Lucider ont échangé leurs pénates