Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 13:49


Travaux pratiques :

Sachant que Nathalie gagne le salaire moyen de sa profession, employés administratifs d’entreprise soit  1360 € par mois, mais en intérim, soit une durée moyenne de travail effectif de 9 mois, en temps partiel (80%)

Sachant que Thierry, son mari, gagne également le salaire moyen de sa profession, techniciens informatiques, soit 1700 € par mois.

Sachant qu’ils ne disposent pas de revenus immobiliers, mais un compte épargne qui leur rapporte environ 50 euros par mois

Sachant qu’ils bénéficient de transferts sociaux divers, principalement la CAF, pour environ 200 euros par mois

Sachant que Nathalie quant à elle touche une pension alimentaire de 250 euros pour sa fille aînée Julie, née d’un premier lit

Sachant qu’en tout ils ont trois enfants mineurs à charge, dont un de plus de 14 ans.


Le ménage de Nathalie a-t-il un niveau de vie moyen ?

A quel décile appartient le ménage de Nathalie ?

Autrement dit, fait-il partie des 10% de ménages au plus haut niveau de vie, des 10% au plus bas, des 10% du milieu ? Ou d’un décile intermédiaire ?

 

Réponse :

Le ménage de Nathalie dispose d’un revenu de 36 192 € par an. Etant composé de 2,6 unités de consommation, soit 1 adulte comptant une unité, deux autres personnes de plus de 14 ans comptant chacun 0,5 unités, et deux enfants de moins de quatorze ans comptant 0,3 unités, leur niveau de vie annuel par unité de consommation est de 13 920 €, ce qui les situe en haut du 3ème décile.

Ce qui veut dire qu’ils font partie du tiers des français au plus faible niveau de vie. En haut du tiers, certes. Mais dans le tiers quand même.  Le tiers, le tiers… quel mot désuet.

Il reste l'évidence  : on peut gagner un salaire moyen et avoir un niveau de vie très en dessous de la moyenne. Il y a moyenne et moyenne, suffit de savoir faire parler la bonne. Et si la moyenne générale penche tant vers le haut (entre le 6ème et le 7ème décile, peut-être cela est dû à la gravité du côté du 95ème .... centile ? soit, les 5 % de la population gagnant plus que 62 095 € par an )

Question subsidiaire : comment faire que tout cela, ces chiffres et ces découpages, fasse littérature?
Je cherche encore la réponse


Graphique fabriqué à partir des données  l'INSEE. Vous connaissez l'adresse. (A mettre dans vos favoris).

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans Simple Appareil ®
commenter cet article

commentaires

Dr. Goulu 04/10/2009 20:21


L'étude des inégalités de revenu est passionnante et surprenante. Qui croirait qu'en France, les inégalités de revenu ont diminué ces 30 dernières années ? Pourtant c'est ce que montre l'évolution
du coefficient de Gini (voir http://drgoulu.com/2009/03/21/combien-dinegalite/ )

En ce qui concerne la littératurification des statistiques, ou de données scientifiques en général, je vous soumets une idée. D'après le dicton "un graphique vaut mille mots", la science se traduit
mieux en images et dessins qu'en mots. Mais la littérature pourrait ensuite décrire la figure en mots : "si les inégalités étaient des montagnes, l'Angleterre serait les Alpes et la France les
douces pentes du Jura ..." (ok, je retourne à mes chiffres, les lettres c'est pas pour moi...)


cécile portier 09/10/2009 10:28


Quand même, moi j'ai cru comprendre en regardant les statistiques INSEE sur l'évolution de l'indice de Gini que les inégalités certes baissent sur longue période, mais réaugmentent sur la préiode
récente (même si petit souci de rupture dans les séries statistiques). Donc, contrairement aux montagnes, l'érosion des reliefs n'est pas irréverisible, ou, plus exactement et pour filer votre
métaphore, les séismes sociaux existent aussi.
Merci de votre visite et de votre très intéressant site, qui va donner du grain à moudre à l'écriture de la vie de Nathalie


abs 02/10/2009 20:43


Quelle joie de découvrir ici.


dominique boudou 28/09/2009 13:25


Il y a pire que le tiers. Il y a le quart. Un Français sur deux a peur d'y tomber.


jc 26/09/2009 16:33


À la réflexion, j'ignore s'il faisait surface :)


cécile portier 26/09/2009 21:19


Eh bien tant mieux! Ca nous donne un bon modèle pour prendre notre temps
Et c'était prévisible. Qui s'attaque à l'infini finit dans l'asymptote


PhA 26/09/2009 15:21


Trop grise ? Quelle idée ! Un élégant noir et blanc, tout au plus. J'aime beaucoup regarder un processus, délicatement mis en place au préalable, générer le texte, en intervenant le moins possible.
Regardez comme Dieu lui-même sait se montrer discret : plus personne n'y croit ! C'est à ça que l'auteur doit tendre, quand il se prend pour Dieu ; non ?


cécile portier 26/09/2009 21:24



Oui : Dieu, d'où coule la pluie, d'où vient tous les liquidesEt vous avez raison, c'est pour ça qu'il faut tenter d'être fluide quand on écrit, car imaginez un dieu qui nous ferait
pleuvoir des intempéries en forme et poids d'enclumes. Pour le coup Nathalie Pages serait fondée à se poser des questions sur son apparence physique, l'Oréal ou pas.


Donc, gaffe... N'amochons pas nos créatures (je dis ça et évidemment l'envie me démange de me contredire aussitôt)