Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 13:24
Des mains au visage, le chemin n'est jamais long, et ce sera la seule exception où je publierai le visage d'une personne rencontrée dans le métro et photographiée pour ses mains.
Comportement abusif de l'auteur envers son personnage. Doublement abusif :
1- J'avais promis à Nathalie Pages, comme aux autres, de ne donner à voir que les mains. Ceci est une trahison caractérisée.
2- Avant cela, même, j'ai eu ce mouvement coupable de ne pas résister au fanstame répandu, je pense, même si je n'ai aucune statistique sur le sujet, ce fanstame des auteurs à rencontrer leur personnage.
Or, si le personnage s'incarne quelque part, ce doit être normalement sur une terre inaccessible à l'auteur, ce doit être dans la chair des lecteurs.
Alors pourquoi donner à voir le visage de Nathalie, pourquoi imposer cette image plutôt qu'une autre, alors que possiblement il y a autant de visages d'elle que d'imaginaires se penchant de temps à autre sur ce blog?
A double abus, double justification :
1- Il est temps de le redire, que toute écriture est une prise de pouvoir, et que l'écriture littéraire n'est pas celle qui s'arroge le plus de puissance sur nos vies. Nathalie, qui est écrite avant tout par les enregistrements divers des sismographes sociaux, est-elle moins dessinée quand on la catégorise dans des diagrammes que quand on donne à voir son visage?
2- Et le visage, n'est-il pas de toute façon un nouvel espace de lecture? Un espace ambivalent, où aucun sens n'est définitif, où tous les malentendus sont possibles? Par exemple, sur cette image, Nathalie Pages pourrait aussi bien être triste que seulement pensive, elle pourrait aussi bien être un genre de Nathalie Menigon, une actrice-mystère, ou une mère de famille fatiguée.
Même avec un visage proposé, Nathalie ne sera jamais définitive.


Image réalisée sur un site proposant un logiciel de création de portrait robot. Nathalie est désormais enregistrée dans la banque de données du site.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans Simple Appareil ®
commenter cet article

commentaires

cecile portier 09/10/2009 10:20


Pourquoi pas un sourire? C'est tout simple, c'est parce que les logiciels de fabrication de portaits robot n'en proposent pas. C'est comme dans les photomatons, où désormais la photo d'identité se
doit d'être un masque mortuaire, sans expression, au prétexte que cela permettrait une reconnaissance plus aisée du visage... On a le droit de douter, voire de s'insurger, contre cette vision de
l'identité. Car effectivement Nathalie sourit bien des fois, même si, oui, elle a de quoi être inquiète.


PdB 08/10/2009 21:23


et pourquoi pas un sourire ? pour ce que ça aurait fait de différence, et d'ailleurs parfois je me demande, parfois seulement, les mains, là, quand la personne sourit, ont-elles une autre
complexion ? Le sourire attire, sans doute le regard, que fait-on des mains (en tout cas, je la suis depuis quelques temps, déjà, assez inquiète malgré tout et, bizarrement, je l'imaginais telle
qu'elle est - ou alors est-ce l'image qui s'est installée avant que d'en parler ?)


delest 07/10/2009 00:26


2 345 863 femmes ont au moins un lobe percé. 13 675 femmes sont unijambistes. 2345 femmes sont unijambistes, et ont un lobe percé. Il y a autant de grand- mères trijambistes que de mineures s'étant
fait graver 미칠듯 사랑했던 기억이 추억들이 너를 찾고 있지만 sur l'oreille gauche.
Bon, je crois avoir gagné le droit non seulement d'ouvrir le sac à main, mais encore de soulever les mouchoirs en papier et le poudrier pour découvrir le plus intéressant, entre le petit nécessaire
à repriser les bas, et la boite de cachous, non ?


cécile portier 07/10/2009 10:35



ça c'est de la doc! oui, vous êtes bien méritant, vous serez récompensé.



cécile portier 06/10/2009 21:37


Le sac à main, c'est prévu. Les pieds et le lobe d'oreille, je peux faire quelque chose pour vous si vous me fournissez des stats ou diagrammes sur le sujet. A vous de jouer!


delest 06/10/2009 15:50


Les paumes, le visage... Il est temps maintenant pour le lecteur, mû à l'évidence par une empathie toute littéraire, de réclamer d'urgence une vue de l'intérieur du sac à mains.
Un petit aperçu des pieds et du lobe de l'oreille gauche, peut constituer, vers ce saint des saints de l'intimité féminine, une transition acceptable, je trouve.