Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 11:31

Les-metamorphoses.png

 

Le texte que vous allez lire a été réalisé sous contrainte d’écriture : via Twitter, nous avons joué avec Candice Nguyen et, plus épisodiquement, avec Robinsonenville, à interroger quotidiennement Wikipédia : cliquer sur le bouton Article au hasard, voir ce qu’il en sort. Une manière de jouer à l’oracle et de s’en jouer, sans avoir besoin pour cela d’ouvrir le ventre des oiseaux. Au bout de quelques jours, l’idée est venue de composer ces paroles appelant l’interprétation en un seul texte. Il a fallu rassembler les oracles en appelant dans Twitter la note #alearticle, comme on souffle dans un appeau. A chacune ensuite, à partir des mêmes réponses, d’en soutirer une histoire différente, une vérité née du jeu et du hasard.


Vous pourrez lire celle de Candice NGuyen ici.

____

Je voyage en un étrange pays. Ce pays me plait, sans raison, sans autre raison notable que de m'en sentir à la fois proche et étrangère. Ce pays a une langue, ce n’est pas la mienne. Ce pays est une langue que j’aimerais parler. Mais chaque fois que je m’y essaie je m’égare.
Alors je consulte l'oracle. Wiki est son nom.  Il habite une fenêtre éclairée, on l'implore d'un clic. Voilà ce qu’au fil des jours il égrène pour ma conduite :

Enseignement n°1
: Trouve-toi pour habiter une région qui, aussi incluse, aussi enclavée soit-elle, se retrouve quand même sur les bords.
Enseignement n°2 : Choisis ensuite un terrain situé à proximité d’un danger, dormant le plus souvent, à la fois probable et imprévisible.
Enseignement n°3 : Quand tu l’auras trouvé, construis un abri, le plus petit possible. Il faut qu’il soit insulaire, et pourtant proche des autres lieux où tu vaques. Il faut qu’il soit une digue pour tes autres territoires.
Enseignement n°4 : Fais régner sur ton domaine la loi martiale. Ne choisis jamais, d’entre la sauvagerie et la civilisation.
Enseignement n°5 : Tu habiteras ici, désormais. Ce ne sera pas un palais. Juste un endroit de fortune,  sommairement aménagé, destiné à assurer tes besoins fondamentaux. Tu verras que son caractère provisoire sera démenti par les faits.
Enseignement n°6 : Tu habiteras ici mais tu n’y seras pas. Pour t’y rendre, quand besoin, tu emprunteras le monorail de l’obsession, celui qui ne connait pas sa destination.
Enseignement n°7 : Ceux que tu inviteras ici devront accepter d’être mis à nu. Ne leur promets pas d’en ressortir embellis.
Enseignement n°8 : Mais ne cherche jamais à les prendre en otage. Cela se terminerait par un désastre.
Enseignement n°9 : A l’araignée, ce n’est pas le venin que tu dois emprunter. Mais son sens de l’équilibre, la force de ses sécrétions (résistance à la pression), la légèreté de ses motifs.
Enseignement n°10 : Pour nourrir toi-même et tes hôtes, tu sèmeras clair, repiqueras ensuite. Ta récolte produira de nombreuses feuilles. Mais elle te laissera toujours sur ta faim.
Enseignement n°11 : Ne cherche pas pour autant à te nourrir du lait des stigmates.
Enseignement n°12 : Puisque tu as faim, sois sourde.
Enseignement n°13: Ne parle pas, sous aucun prétexte, en aucune occasion. Tu as beaucoup à apprendre encore pour trouver à quel bon escient éprouver ton esprit de résistance et de clandestinité.
Enseignement n°14 : Tu ne parleras pas, mais tu t’emploieras à produire un signal, et vif, encore. A toi de déterminer quel danger il prévient.
Enseignement n°15 : Sers toi pour cela d’une très ancienne et obsolète machine à coder au mouvement pseudo aléatoire.
Enseignement n°16 : Ce que tu produiras aura toujours une face A, une face B. Laisse à d’autres le soin de savoir en combien d’exemplaires il faudrait ensuite le reproduire.
Enseignement n°17 : Veille à ce que ton produit reste toujours insaturé, apte à recevoir de nouveaux raccordements par toi-même imprévus.
Enseignement n°18 : Si tu réussis, tu pourras rester invariante à toi-même, y compris dans l’hypothèse d’un renversement du temps.
Enseignement n°19 : Ou tu pourras, à l'inverse, t'embraser dans la transformation.
Enseignement n°20 : De cela ne tire aucun pouvoir, au risque sinon de te transformer en ta caricature malfaisante et ridicule.
Enseignement n°21 : Au risque, également, de transformer ton domaine en champ de guerre, en village qui s’étiole.
Enseignement n°22 :  Tu auras terminé ton travail quand la clé de ton royaume n’ouvrira plus aucune des serrures à combinaisons multiples que tu y installes chaque jour.
Enseignement n°23 : Alors tu pourras retourner d’où tu viens.

 

Les-equilibres.png

Images composées à partir d’un pseudo jeu de mémory présenté par l’artiste Aurélien Froment au Centre d’art du Plateau dans le cadre de l’exposition Prospective XXIème siècle (faire jouer les images entre elles, une autre manière de faire parler des oracles)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

gmc 09/02/2011 15:59


RACLER DE L'OR

Un grain de folie en forme de supernova
Pas un poil de vent qui ne sorte de la forge
Dormir à la belle étoile sans frontières
Pas de voisin qui tienne

Outlaw qui shunte les règles
Sans domicile fixe hors la douceur
Qui borde la fortune de ses exactions
Dont le lotus

Que de reflets dans le vent
Pour l'araignée un baiser
Le geste arrêté la geste en émoi
Des feuilles de coca en guise de couronne

Du feu dans les gourdes
Du sang pour les sourdes
Faire la bouche ouverte du vent
Sans souci d'altitude

Serial killer d'une unique cible
L'interprétation varie permanente
En sarments et volutes d'arabesque
fantaisie d'un cil au plumage abondant

Pas de pompe pour l'incendie
En forme d'enterrement
Pour lequel le vent est respiration
Et la pluie une inspiration


cécile portier 10/02/2011 18:22



Sans domicile fixe hors la douceur. De cela on ne voudrait pas perdre la dernière clé. Merci, merci de venir ici avec ces textes là



delest 08/02/2011 22:55


Il y a de quoi. Fascinant texte, qui finit trop vite. A l'évidence, un talent qui n'a rien d'aléatoire.


cécile portier 10/02/2011 18:20



Vous me mettez dans l'embarras, cher commentateur. Car j'aime le hasard. Admettons peut-être que pour quelques jours le barillet est enrayé.



Candice 08/02/2011 13:49


Cela me ravit vraiment...