Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 22:34

IMGP2155

 

Nous disposons d'un fier bateau. Grand, robuste, faisant son effet. Mais il est peu manoeuvrable, si bien qu'on renonce au bout d'un temps à sortir du port.  Alors, au soir tombé on se glisse dans l'annexe. Vues de là toutes les vagues sont plus hautes.

Et tant pis si on se retrouve en bain de pied dans l'eau croupie. A la rame, on a vite l'impression d'être allé très loin.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans compléments d'objets
commenter cet article

commentaires

Saravati 19/05/2010 15:39


Croupir dans l'annexe ? Comment peut-on manquer à ce point d'ambition (rires) !


cécile portier 24/05/2010 09:41



les grands empires se fomentent dans des petites retraites



Depluloin 19/05/2010 12:20


Votre annexe ressemble étrangement à mon portefeuille. Je comme même à avoir des doutes sur sa flottabilité! Mais vous avez raison, c'est de là qu'on s'aperçoit que le mer est grande, que les
trottoirs sont plus hauts, que les rues montent, descendent... On peut toucher du doigt!


cécile portier 19/05/2010 21:21



La flottabilité du portefeuille, voilà une notion à explorer sérieusement. Car s'il coule, c'est peut-être qu'il est encore trop rempli?



delest 19/05/2010 09:05


Le présent, le centre, le carrefour, sont des lieux de mort. La seule vie possible est annexe. La fuite qui convient est minuscule, elle s'achève quand il fait jour. Non quand la lumière monte dans
le regard - mais l'inverse.


cécile portier 19/05/2010 21:18



fuir la nuit, certes, encore faut-il être un peu insomniaque. Personnellement je suis un croisement de marmotte et de poule : dès que la lumière baisse la tentation de mettre la tête sous l'aile
me tenaille. Reste peu de temps pour larguer les amarres