Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 18:01

pas neige
La neige du dehors a fondu désormais, mais Nathalie sait quand même qu'elle continue de laisser des traces un peu partout. CB, Navigo, adresse IP : l'empreinte de ses gestes s'inscrit dans la neige toujours froide de nombreux serveurs . Nathalie rêve que dans cette neige aussi, d'infimes signes pertubants viennent brouiller la lecture publique de sa vie.
Des petits pas d'oiseaux aléatoires pour redonner un air de danse à ses pas, des petits morceaux d'écriture.
Partager cet article
Repost0

commentaires

C

Joli...


Répondre
Z

Je rêve également que toutes ces traces que nous laissons sans le vouloir, sans le voir, vont finir par s'emmêler comme ces pattes pour créer une quantité inouîe de pistes au bout desquelles
l'oiseau s'est envolé


Répondre
C

je pense à l'albatros, là, tout d'un coup...


C

Un peu de poésie dans les circuits électroniques des chasseurs


Répondre
C

exercice : mettre un aimant sur un appareil électronique


D

A l'aube de ses quarante ans, Nathalie a décidé d'explorer le Limes que nous portons tous, peu ou prou, en nous. Elle a déserté, dans la salle de cours sociale, les bancs de devant. Elle donne sa
chance à l'incertitude, au doute, à la brume. A cette heure précise, elle voit dans les tourbillons qui affolent ses cheveux mi-longs une parfaite métaphore de ses propres pensées. Elle se dit que
la liberté contient une belle part de tristesse - et que c'est bien ainsi. Peut-on vous envoyer une petite critique du Saphir Antalgos sans que vous vous en offusquiez ?


Répondre
C

Merci de cette évocation des cheveux fous de Nathalie. On ne peut pas être femme et écrire sans savoir que cheveux longs, idées courtes, etc..., donc de les voir ici tourbillonnés et non lissés me
fait un vrai plaisir.
Quant à critiquer Saphir, allez-y, de toute façon ce type n'est pas super recommandable. Par ailleurs, le critiquer c'est l'avoir lu, donc ma foi c'est toujours bon signe


D

Que cette aveu m'est doux à l'oreille... Pour dire vrai, j'étais en admiration et tout à la fois inquiet. Ne sachant rien de votre écriture. Mais je pensais aussi à une performance, à tort
surement, mais l'épuisement je connais. Il faut s'en méfier.

Bien à vous.


Répondre