Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 21:05


Revenons maintenant à Nathalie Pages, mais en restant sur cette question de nos périmètres, de nos territoires. Bien sûr cela n'a rien à voir. Nathalie est totalement libre de ses mouvements, et s'en réjouit chaque jour.
Observons donc, par exemple, la liberté de ses mouvements à l'intérieur de son appartement.
Au bout de seulement quelques jours d'enregistrement, on peut constater que ceux-ci suivent des cheminements réguliers, et peuvent être classés selon une typologie assez simple : il y a les déplacements du matin, et les déplacements du soir.


Les déplacements du matin commencent à partir du lit, filent aux toilettes, vont dans la cuisine préparer café et petit déjeuner, reviennent à la chambre pour chercher les habits, font des courtes haltes dans les chambres des enfants pour les réveiller, arrivent à la salle de bains, puis de nouveau cuisine, puis salle de bain - lavage de dents, puis sortie.

 

Les déplacements du soir sont moins saccadés, du fait de la fatigue, et se concentrent sur l'espace de la cuisine : préparation du dîner, débarassage de la table. A noter une brêve incursion au salon pour vérifier le programme à la télé, debout devant le canapé, puis l'abandon, le lit rejoint, le sommeil.

 

Les déplacements de Nathalie seraient-ils aussi prévisibles et contraints que ceux dont on voit parfois la trace dans des pelouses d'été, et que les enfants nomment "autoroutes à fourmis"? Ses cheminements seraient-ils tant canalisés qu'il n'y aurait pas finalement besoin de la notion de surface pour définir le lieu où se tient sa vie, mais seulement du mince vocable de ...ligne?

(Et cela, alors, ne serait pas dû seulement à son statut de personnage écrit).

Rassurons-nous, il existe au moins un moment par semaine où Nathalie prend possession, par ses gestes, de la totalité de son espace : c'est le jour où elle fait le ménage.


Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans Simple Appareil ®
commenter cet article

commentaires

cécile portier 25/10/2009 07:57


De deux choses l'une : soit elle a des sommiers à coffre, soit elle a un lumbago.


Juliette Mézenc 24/10/2009 17:53


je note que nathalie ne passe pas sous les lits, ne fait pas le palier non plus (mais peut-être est-il aussi encombré que le mien par les cartons, poubelles et jeux de plage des enfants qui peinent
à trouver une place dans l'appart)


cécile portier 24/10/2009 16:23


plus d'un tour dans son sac? : http://www.deezer.com/fr/music/result/all/brigitte%20fontaine%20le%20sac#music/result/all/brigitte%20fontaine%20le%20sac


dominique boudou 24/10/2009 15:41


Cette chute est terrible. Mais Nathalie a plus d'un tour dans son sac. Elle saura s'inventer d'autres espaces dans son espace, pour être dans son temps à soi.


cécile portier 24/10/2009 08:34


A PhA : si j'en juge en effet par certaines très jolies photos publiées sur votre blog en plein coeur de l'été, vous savez très bien garder les moutons. (Puissions nous, citoyens, n'avoir pas
besoin de nous réfugier derrière un radiateur pour ne pas être systématiquement balayés)
A PdB : vous avez raison, c'est à ce genre de petits détails qu'on voit le caractère invraisemblable de ce récit.