Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 14:03

IMGP1984

Le maillet a ceci de pratique, qu'il s'agisse de celui du menuisier, du juge, ou du commissaire-priseur, que sa tête est souple et absorbe toutes les vibrations annexes : ne restent que celles directement destinées à enfoncer le clou. Les sentences tombent droites, les enchères sont closes sans remous.

La littérature, sans doute, et les gouvernements aussi, auraient à en tirer quelques leçons.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans compléments d'objets
commenter cet article

commentaires

thierry 11/07/2010 12:20


Est ce aussi bien un outil de conviction intime que de convection forcée, il serait pour les durs de la feuille un auxiliaire qui travaillerait leur être au plus près, c'est que de malleus il garde
les usages et aplatit de plus belle, le martelage n'est pas sans age mais il façonne tout ce qui est malléable; question d'ajustement et de fonction, il paut pouvoir enfoncer le clou comme on rive
la vérité.


Gilbert Pinna, le blog graphique 25/06/2010 16:49


La "philosophie au marteau" de Nietzsche est offensive, décapante, fait sauter les idoles en nourrissant toutes sortes d'éclats. Que sera une "philosophie au maillet" ?
Boum, boum, boum...?


cécile portier 25/06/2010 22:04



A vrai dire, le bruit et le résultat produits dépendent surtout de la consistance de ce sur quoi l'on tape. On peut s'attrister, pour le manque de boum boum boum, de ne trouver aujourd'hui qu'un
coussin mou, et même pas vraiment confortable



delest 24/06/2010 22:17


La dernière fois que j'ai utilisé un truc comme ça, j'étais campeur. Au petit matin, des vaches me broutaient les orteils, et la conscience aiguë de la malignité des cailloux ne m'a jamais quitté.
Depuis, j'aime la compagnie des gens un peu marteaux - et puisque vous n'êtes pas manche, je rends hommage à votre tête.


cécile portier 25/06/2010 21:57



Sachez, mon cher Delest, que je n'enfonce pas les piquets de tente (qui sont une sale engeance, c'est bien vrai) avec la tête, mais avec les pieds. D'où l'intérêt de ne pas partir en camping avec
une seule paire de claquettes.



Depluloin 24/06/2010 19:03


Les gouvernements, je crois comprendre... mais la littérature? (J'ai tout de même une vague idée mais je préfère lancer le débat, si je puis dire!)


cécile portier 24/06/2010 21:15



La littérature, vous savez, Depluloin : cet espèce d'esprit frappeur un peu gauche qui généralement rate sa cible et au mieux nous fait vibrer. Et soupire, en se lamentant : tout ça pour ça.


Pour les gouvernements, c'est autre chose. Mais trop long à développer, et puis vous me suivez, n'est-ce pas...


En tout cas c'est sympa d'avoir changé de chaussettes avant de venir ici