Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 00:02


Parcours jaune

Vases communicants d'avril avec Loran Bart, Les lignes du monde.
Merci à lui pour ce beau texte (pour l'image, cliquer dessus pour l'avoir en mieux ou ici)


Ce texte est une divagation sur l’illustration d’Alain Gobenceaux intitulée Le Parcours jaune.

---------------------

  

Comme je prépare ce déménagement ; cet abandon définitif de la ville tentaculaire ; comme je range et jette moult choses ; je retrouve, dans un carton à dessin vert et noir,  Le Parcours jaune.

 

Ce qu’il appelait Le Parcours jaune, il m’en fit un dessin, un jour, comme ça, c’est venu de lui, je crois qu’il voulait en parler, commémorer ce lieu-pan de sa vie. Le parcours jaune, il me le gribouilla sur une feuille volante, sur un coin de table, juste pour que je comprenne, pour illustrer son propos. Il y a la forme et il y a le fond. La forme vous l’avez ci-dessus. Le fond est compris dans la forme, toujours, depuis Rodin pour qui une statue devait exprimer l’être physique mais aussi tout ce qu’il y a autour de cet être, tout l’impalpable, tout l’œuvre du génie. Je vais essayer de vous déplier le fond de cette forme. Le Parcours jaune est un rectangle relativement allongé en largeur, il est surtout jaune, mais on y trouve aussi un peu de rouge et de vert ; des crayonnés noirs et une multitude de flèches ouvrant le parcours bien au-delà du cadre de la feuille, vers des marges mystérieuses. Ce Parcours jaune est comme un cardo & un decumanus. Le cardo est ici une rivière dont le cours file vers le Nord ; presqu’un torrent, au débit vif et vivifiant. Il me précisa, en me montrant un point au Sud du pont (au niveau de la pointe de la flèche la plus en bas à gauche) - un pont nommé Dessus, comme devraient finalement s’appeler tous les ponts - que c’est là qu’il plongeât un jour d’octobre, quelques 30 ans auparavant, pour rattraper le chien d’une mamie qui avait été emporté par une bourrasque plus violente ; il me dit qu’il en ressortit immédiatement enrhumé. Ce pont est le point de croisement du cardo, fluvial donc, et du decumanus, routier, lui, puisqu’il s’agit d’une simple rue de ville. A l’extrême Est de ce decumanus se trouve une Salle des faits qui avait, à l’époque, l’immense avantage d’être multifonction et de pouvoir être utilisée à loisir comme salle des fêtes ou bien salle des faîtes. Comme les habitants du quartier ne semblaient pas être vraiment des joyeux drilles, c’est plutôt cette dernière nomenclature qui servait : en effet, quelques jeunes gens avaient l’habitude de se réunir sur le toit pour sauter dans un parc municipal voisin. Il va sans dire que cela entraînait régulièrement des jambes cassées et des tassements de vertèbres parmi les concurrents. A l’Ouest du pont Dessus se trouvait visiblement plusieurs ronds-points dont un souterrain (d’où son nom : le rond-point Dessous). Cette rue decumanus reliait les 2 points névralgiques de la petite ville, la salle des Faîtes et La Grande administration, un bâtiment réalisé par un architecte post-stalinien - pavé situé architecturalement entre le Palais des Soviets de Kaliningrad et le Centre National de la Danse de Pantin - dont l’accès se faisait par le Nord. Et au centre du centre, le point d’orgue, le point encore plus jaune de ce Parcours jaune, un chorten d’Amérique latine, rapporté par un notable-explorateur de la ville quelques 150 ans en avant. Un chorten dont on continuait d’honorer le dieu inconnu, faisant quelques circumambulations à chaque solstice. Cette manifestation silencieuse tournait, à ce qu’il me dit, tout au long desdites journées, tout autour et autour du monument.

 

Voilà ce qu’il me dit, un soir, dans un restaurant Pygmée de la ville tentaculaire, voilà du moins ce dont je me souviens, de ce qu’il appelait Le Parcours jaune.

 

Nathanaël Gobenceaux

 

 

Tous les participants à vases communicants (un grand merci à Brigitte Célerier pour le travail patient et attentif de nous lister tous) :
 
Kouki Rossi http://www.koukistories.bl ogspot.com et Luc Lamy http://www.luclamy.net/blog
pendant le week-end
http://www.pendantleweekend.net/ et ruelles http://ruelles.wordpress.com/
Jean Prod'hom
http://www.lesmarges.net/ et Juliette Zara http://enfantissages.free.fr/
Mariane Jaeglé
http://mariannejaegle.over-blog.fr/ et Anthony Poiraudeau http://futilesetgraves.blogspot.com/
Cécile Portier
http://petiteracine.over-blog.com et Loran Bart http://leslignesdumonde.wordpress.com/
Christophe Sanchez
http://fut-il-ou-versa-t-il.blogspot.com et Murièle Laborde Modély http://l-oeil-bande.blogspot.com
Christine Jeanney
http://tentatives.eklablog.fr et Kathie Durand http://www.minetteaferraille.net/
Sarah Cillaire
http://sarah-cillaire.blogspot.com/ et Anne Colongues http://aout-en-attendant.blogspot.com/
France Burguelle Rey
http://france.burghellerey.over-blog.com et Eric Dubois http://ericdubois.over-blog.fr
Fleur de bitume
http://promenadedunefleur.blogspot.com/ et chez Jeanne http://chezjeanne.free.fr/
Mathilde Rossetti
http://matro7isoupirail.blogspot.com et Lambert Savigneux http://aloredelam.com
Antonio A. Casilli
http://www.bodyspacesociety.eu/ et David Pontille http://www.scriptopolis.fr/
RV.Jeanney
http://rvjeaney.wordpress.com Jean-Yves Fick http://jeanyvesfick.wordpress.com
Brigitte Giraud
http://paradisbancale.over-blog.com/ et Dominique Hasselmann http://dominiquehasselmann.blog.lemonde.fr/
Guillaume Vissac
http://www.omega-blue.net et Juliette Mezenc http://juliette.mezenc.over-blog.com/
Michel Brosseau
http://www.xn--chatperch-p1a2i.net/ et Arnaud Maïsetti http://www.arnaudmaisetti.net/spip/
Florence Noël
http://pantarei.hautetfort.com/ et Brigitte Célérier http://brigetoun.blogspot.com 
Guillaume Vissac http://www.omega-blue.net avec Juliette Mézenc http://juliette.mezenc.over-blog.com/ 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

delest 02/04/2010 23:34


Beau texte, oui. Illusion d'un rectangle. Questions. Si le cardo est une riviére, on n'ose imaginer ce qu'est le cardevin. Et si tous les ponts s'appelaient uniformément dessus, les éclectiques
découvreurs de dessous devront ils s'inquiéter ? Sommes nous irréels à ce point, qu'un texte vague et jaune puisse aussi étrangement - sonner juste ?


PCH 02/04/2010 22:32


sans doute parce que le parcours est jaune, mais j'ai pensé à l'enfant bleu...


florence 02/04/2010 12:30


géographie drôlement absurde, un zeste pataphysique. de la patacartographie en somme. merci !


L...........................................................................uC 02/04/2010 09:00


J'ai plané au dessus de ce paysage jaune comme un oiseau, rêveur, à la recherche d'une petite proie.


cécile portier 02/04/2010 10:37



de ce parcours jaune tu ne peux pas revenir bredouille