Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 13:53

 

IMGP1747

 

L'homme est un poisson pour l'homme. Emprunte sa méthode à la baudroie.

Tapie dans le sable, elle ne fait connaître d’elle-même qu’une frêle aigrette jouant le rôle d’appât, qu’elle agite gracieusement au dessus d’elle. Le flux de l’eau finit de donner apparence de vie à ce petit pompon trompeur, et bientôt un poisson moyen arrive benoîtement pour gober ce qu’il croit être un poisson petit.

Et là, subitement : la vraie faim se fait connaître. En un instant la baudroie sans bouger autre chose ouvre une gueule béante et avale le poisson moyen qui croyait prendre.

Il faut le voir, alors, comme il se débat pour rien ; il faut le voir convulser une dernière fois sur le regret de la proie, sur le remords du leurre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans compléments d'objets
commenter cet article

commentaires

Chr. Borhen 11/05/2010 16:34


Les poids sont de mai.


cécile portier 11/05/2010 18:16



et moins légers qu'en avril, en effet



delest 11/05/2010 07:45


Et, pour rester dans le registre de vos comparaisons philosophico-animalières, il viendra à l'esprit des distingués amateurs de contrepèterie, trouvant insupportable l'effervescence qui règne chez
les Excellences aux dents non moins acérées qui nous gouvernent, l'idée de rebaptiser ainsi la tête de l'exécutif : "ruches des baudroies".


cécile portier 11/05/2010 18:15



Il me faut au moins la nuit pour décrypter la contrepèterie, toujours été nulle à ce jeu là



delest 11/05/2010 07:36


ah, que de reconnaissance nous vous devons, madame Cécile. Vous éclairez d'un jour nouveau cette intrigante épidémies de suicides au début du dix-neuvième siècle, lorsqu'un jeune écervelé fut
cruellement happé par une blonde Fraülein de Rhénanie-du-Nord (ou de Basse-Saxe, ne chipotons pas).
Oui, c'est très vraisemblablement à cause du leurre noir et de la vile aigrette que Werther aima la Lotte.


cécile portier 11/05/2010 18:14



Sans doute, sans doute. Elle ne manquait certainement pas d'appâts.



Jean-Christophe Sekinger 10/05/2010 12:11


Je crois que cet ultime mouvement n'a rien d'un mouvement de l'âme (d'ailleurs, cette toute dernière ne bouge même pas). Très beau texte par ailleurs.


cécile portier 11/05/2010 18:15



Sans mouvement et sans repos, est-il dit de Dieu, en tout cas, dans le Guide des Egarés. L'âme doit être ainsi aussi un peu?



PhA 09/05/2010 18:45


(Qu'ai-je donc à me reprocher pour avoir ainsi oublié mes accents circonflexes ?)


cécile portier 09/05/2010 22:05



C'est sans doute à force de cuisiner la lotte "à l'américaine" : sont si fervents dans cette contrée