Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 15:28

IMGP1729

S'asseoir : aspiration légitime mais trompeuse. Le dossier, les accoudoir, les pieds : tous ces éléments de stabilité finissent par se faire passer pour vrais. Nous croyons que la terre nous porte, alors que c'est le ciel qui nous balance. Le repos et le vertige se rejoignent toujours plus vite qu'on ne croit.

Et quand on quitte la place, la seule réminiscence de nous dans l'espace, la plus juste : cet ample balancement qui lentement s'épuise et hésite en quelques girations saoules. Ensuite, c'est le vent qui prend le relais.

 

* voir ici un autre et ancien siège de nos émotions 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans compléments d'objets
commenter cet article

commentaires

delest 26/04/2010 23:55


On effleure Bételgeuse de la papatte, puis la réalité nous tire par les bretelles. Un instrument tout simple : une planche de salut, deux cordes de pendu. Le paradoxe en action. Plus on prend de la
hauteur, plus on a l'impression de renoncer. Plus on pousse fort, plus on revient vite. Peut-être faudrait-il, en pleine accélération, avoir le courage de couper les amarres ? Succession de posts
frivoles, indolents, magnifiques, en ce moment sur "Petite racine".


PdB 26/04/2010 21:22


poussez l'escarpolette... quand on pense que notre planbète navique à 100 000kilomètres/seconde dans les vides abyssaux, on se prend à rêver, n'importe, "ses jamùbes blanches sous son jupon noir" -
bah, tant pis je ne me relis plus


cécile portier 28/04/2010 07:11



main de dieu, main du diable : il en faut bien deux pour pousser cette grosse balançoire



Chr.Borhen 26/04/2010 21:21


Seriez-vous comme Rimbaud se méfiant des "assis" ?


cécile portier 28/04/2010 07:06



je n'ai pas la moustache, hélas



brigetoun 26/04/2010 17:25


... balançoire est de fixer...


brigetoun 26/04/2010 17:24


alors que le plaisir qui peut être extrême de la balançoire et de fixer le ciel, de le voir s'envoler, se déséquilibrer, et de s'enfuir en lui, en croyant avoir rompu avec la terre


cécile portier 28/04/2010 07:12



attention au retour de la planche, quand même