Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 15:04

IMGP2133

Nous sommes comptables de notre énergie. Nous savons calculer exactement ce qu'il nous en faut dépenser.

Nous passons beaucoup de temps à des réglages infimes, cherchant le climat adéquat pour perdurer. 

Mais peut-être est-ce cette parcimonie qui finit par nous ruiner.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans compléments d'objets
commenter cet article

commentaires

Trucmuche 07/06/2010 09:03


Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Parcimonie aussi.


cécile portier 07/06/2010 14:54



Parcimonie sans manie?



Zoë 06/06/2010 19:37


Je vous l'emprunte, tant cela entre en résonance avec un texte que j'ai écrit (ailleurs) Il pourrait en être l'exergue. Merci Cécile


cécile portier 06/06/2010 22:31



et où ça ailleurs? Ca me rend curieuse...



Gilles 05/06/2010 18:40


En tout cas, il y a un endroit où il faut éviter la parcimonie, c'est l'écriture. Sinon on s'assèche très vite.


cécile portier 06/06/2010 22:31



sur l'air de l'eau ferrugineuse : la parcimonie, non, la retenue, oui



Juliette Mézenc 04/06/2010 17:26


"il aura été un petit consommateur
(il réfléchissait)
il aura peu bousillé la planète
il aura même essayé de faire du ménage
mais peut-être que ce n'est pas ça qu'il
faut faire du tout
(réfléchir de la sorte)
peut-être qu'être vivant c'est foutre le bordel"
Pierre Tilman
(et suivre les Chopin Parasol qui mettent les poèmes de pierre en musique, mémorable soirée récemment au Lieu Noir à Sète)


cécile portier 05/06/2010 07:40



(réfléchir de la sorte) : entre les parenthèses de la boite crânienne. Oui, ça sent vite le renfermé quand on réfléchit comme ça. Et toi Juliette tu ouvres des fenêtres sur des courants d'air qui
décoiffent et enivrent joliment. Le Lieu Noir je l'adore émietté au citron mais en poèmes et musique ça devait être bien aussi.



Saravati 04/06/2010 10:27


C'est quand on cesse d'être enfant que l'on commence à compter, alors la fatigue s'accroche déjà au seuil de notre réveil à la recherche de ces futures économies d'énergie qu'on n'arrive jamais à
maîtriser !

J'aime bien cette démarche de photos commentées, je m'y suis mise à mon tour, il y a peu et c'est très inspirant, les images nous parlent tant !


cécile portier 04/06/2010 11:51



les images sont bavardes en effet, et je me demande parfois si ce que je cherche n'est pas de les faire taire un peu, ou du moins de leur faire apprendre une autre langue, un peu plus concise, un
peu moins intrusive, pour que ce qui n'est pas "dans le cadre" puisse également pousser sa chansonnette.