Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:31

squelette-elephant.jpg

 

Les gros sabots, les grosses godasses. On a beau faire, tenter d'être plus léger, toujours sous les pieds ça s'enfonce, toujours derrière soi c'est creusé, ravagé, ça fait des nids de poules, des flaques aussi pour l'eau des larmes, des contenants boueux et à la forme incertaine. Pourtant, il faudrait, trouver un pas fait seulement pour arpenter. Sauterait les haies, et irait loin. Au lieu de quoi ce geste fait pour décoller, ça ne fait qu'en avoir encore plus plein les bottes, de cette terre où l'on voudrait bien éviter de se faire enfouir trop vite. Ecrire, il y a quand même ce désir, rejoindre la vie. Mais voilà : gros sabots, grosses godasses, c'est pas devant qu'on regarde, pas tant que ça devant, tout occupé qu'on est à constater les traces, les saccages. On se surprend à penser, comme ce serait finalement beaucoup plus facile d'écrire posthume. Une fois tout le monde mort, et le sol bien sec et bien solide. Les gros sabots, les grosses godasses, elles pourraient y aller tranquille.

Et justement posthume, qu'est-ce quon voit? On voit que l'éléphant marchait sur la pointe des pieds, juché silencieusement sur ses orteils, et qu'il faisait tous ses efforts.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

delest 12/03/2011 00:03


Vous n'êtes pas la mieux placée pour parler de chaussures. D'autres - et ils sont nombreux - en parleront toujours mieux que vous. Si si.
La foule immense de ceux qui écrivent comme un pied.


cécile portier 14/03/2011 09:20



Effectivement, ce n'est pas pareil. Moi, je m'efforce d'écrire seulement comme un doigt de pied. Mais j'utilise encore le gros orteil.