Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 21:52

 

IMGP2259

 

J'ai passé trois jours sous le vent, dans la lumière. 

J'ai vu le brise-lames. Quand on y est, on voit bien que ce qui résiste ce n'est pas le rempart, mais les plis et les trouées. Dans les brèches la vague s'engouffre et oublie sa fureur, d'être ainsi libérée quand elle ne s'y attendait pas.

J'ai vu le Brizlam, sa belle revisitation en mots et papiers de Juliette Mezenc et Stéphane Gantelet. Appris grâce à eux la fragilité de tous les grands ouvrages, et que les calmes blocs ne font pas que choir d'un désastre obscur, ils peuvent aussi s'envoler.

Et puis voilà, j'ai fait comme les blocs, je suis tombée moi aussi, en amitié, et cela fait que ce soir tout s'envole.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D

Eh bien ! Si les blocs s'envolent, plus la peine de se demander d'où viennent les brèches....


Répondre
C


Et de ce fait, Lapalissade est sacrément endommagée



J

4 avril

Les humains diraient qu’il fait beau. Au-dessus de moi, le ciel s’enfonce dans le bleu.
Le vent circule dans mes tuyaux. L’air de rien, je respire. Sans ces voies d’air, je le sais, je ne résisterais pas à la pression de la mer.


Répondre
C


la respiration : tout ce qui distingue la limpidité de l'étouffante transparence