Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 15:19

IMGP2746

Raboter, raboter. Maintenir suspicion, circonspection pour la matière à travailler : elle est toujours trop épaisse, inégale. Donc : raboter, raboter.

On sent, en dessous, que ça s'abandonne à la lourde caresse, puis au biseau de la lame. Le geste est voluptueux, on continue.

A la fin ne reste plus grand chose, ou plutôt si, tous ces copeaux, échappés définitivement de la rectitude. S'enroulent ici.

(toute matière vaut pour sa dissémination, voir ici Limaille, publié en janvier chez Abâdon de Michèle Dujardin).

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans compléments d'objets
commenter cet article

commentaires

thierry 11/07/2010 12:34


Intrigué je suis allé voir sur le Dauzat, ma bible étymologique.
c'est direct et sans afféteries, "qui coure devant" loop voor, du néerlandais, est ce une manière de prendre les devants ? Quand on n'est pas de bois, c'est une entrée en matière qui ne laisse pas
insensible.


cécile portier 05/08/2010 15:28



ayant délaissé mon atelier quelque temps je découvre tous vos beaux commentaires... Merci à vous



thierry 11/07/2010 12:28


A l'heure du rabotage des niches fiscales, et pour éviter le radotage, avant que le radeau ne coule, je me foule et me défoule faisant crisser le bois dans sa fibre.


thierry 11/07/2010 12:26


On écope haut et pourtant tout est graduel, couche à couche, à tout touche, dans un va et vient incessant et caressant, la matière est grossière il faut la façonner et que ce soit guillaume ou bien
rabot, il y a toujours du rabiot, un peu plus de matière à enlever.
J'ai un de ces engins ancien et fort lourd car l'inertie est un élément essentiel pour reproduire une geste et obtenir un résultat, ces choses font planer, pas comme des psychotropes, ni même le
doute d'ailleurs car en suivant les lignes du bois et leur route on entaille la croute pour mettre à nu et à niveau, équarir et quérir, chérir dans le beau geste le résultat qui vient , appelé
épelé, comme ces copeaux entortillés qu'on évacue sans ciller.
Souvenir d'un ami cher qui me fit le don de cet engin.


j_wurtz 22/06/2010 01:26


je n'oublierais jamais le tableau de Caillebotte aux vues de ce rabot.


cécile portier 22/06/2010 14:26



oui, ce tableau est magnifique. A bientôt, car je suis allée sur votre site et votre projet m'intéresse beaucoup



PhA 21/06/2010 19:05


Que le rabot, l'avion et le platane soient homonymes en anglais m'a toujours troublé.


cécile portier 21/06/2010 22:01



Voilà qui devrait aplanir sérieusement nos éventuels différends d'appréciation sur l'artisanat traditionnel