Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 08:54
Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 10:24
Elle lisait, mais elle avait l'air disponible quand même. Accessible. Peut-être c'était à cause de son métier, qu'elle m'a dit plus tard. En tout cas j'ai osé la déranger par dessus son journal. 
"J'ai des sparadraps partout sur les ongles, parce que j'ai voulu en mettre des faux, et par en dessous ça a mangé les vrais. Ils sont tout rognés, ça fait mal. Ne faites jamais ça."
Je demande si les faux étaient longs. Non, ils n'était pas longs, juste bien.
"Mais vous comprenez au bout d'un moment la colle tient moins bien, donc on sent le postiche qui se détache un peu, avec les autres doigts on joue avec, et au bout d'un moment ça fait ça, l'ongle, le vrai, est abimé."
Je demande aussi pourquoi elle a cette sorte de bandage au poignet gauche.
"C'est à cause de la caisse. Je suis vendeuse, on nous a demandé de tenir la caisse en même temps. Les jeunes, elles font les bons mouvements, elles se servent de tous leurs doigts. Mais nous, on a tendance à se servir toujours des mêmes doigts, deux seulement. Alors on fait des écarts pas possibles pour atteindre les touches, et après ça fait mal. Mais ce n'est pas reconnu comme maladie professionnelle".
Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 15:00

"Je me la suis offerte toute seule. Ce jour là j'ai hésité... J'ai tourné autour pas mal de temps, et puis je suis retournée au travail. Dans l'après midi une amie collègue m'a dit, tu as l'air soucieuse. J'ai dit en riant, que j'hésitais pour cette bague. Elle m'a répondu, achète-la : elle a l'air importante, à voir ton visage.... Alors je l'ai achetée... encore plus parce que ce n'est pas un vrai rubis. "

Puis elle lève les yeux au ciel, coin gauche, comme si un ange était en train de lui souffler une astuce.


"C'est marrant, pendant la photo, je me suis dit que les mains sont la seule partie du corps qui peut rester neutre. Impassible devant l'appareil. Quand le troisième oeil s'est braqué sur ma main, j'ai eu le réflexe de lui faire prendre la pose, de faire qu'elle se prépare. Mais elle est restée telle quelle."
Main sans afféterie, sans sourire, sans crispation. Main sincère et comme abandonnée.
Nue sous le rubis, même faux.

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 19:54
Décrire les choses petites, se laisser accrocher par elles qu'un moment d'inattention écrase, c'est faire le pari qu'elles se réalisent exactement comme les grands mouvements dans lesquels nous sommes pris et qui parfois nous étouffent.
(Je ne dis pas que ça peut servir à quelque chose. Savoir, par exemple, dans les grands mouvements, où creuser pour désensevelir les victimes)

(photographie Nathalie Ryser)
Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 18:52

Je suis entrée dans la rame, j’étais pesante et usagée comme un vieux chaudron, aussi souple. Je prenais trop de place avec ma fatigue pour trouver seule à m’immiscer entre toutes ces jambes inertes et rejoindre la dernière place libre du carré. Alors j’ai lancé un « pardon » aigre et péremptoire pour qu’on me laisse passer. Les jambes se sont rangées à contrecoeur sur le côté, je me suis assise.

Et là, en face de moi, il y avait lui.

Lui : un miracle.

Et je n’avais pas mon appareil.



Je suis,

            fatiguée en ce moment

            pas envie de

            pas la force de sortir de moi

Alors mon appareil photo est resté chez moi et moi j’étais là, devant lui, devant ses mains que je n’aurais jamais, dont il ne me dira jamais rien.

Lui, c’est un dandy. Un vieux japonais. Un presque clochard. Un hurluberlu. Je ne sais pas.

 

Ce soir là :

Il avait un très beau visage gris. Il portait :

Une chemise à grosses rayures blanches et bleues, boutonnée jusqu’au col

Par-dessus : un pull jacquard rouge

Par-dessus : une veste en tweed bleu turquoise

Par-dessus : une écharpe écossaise très tachée

Par-dessus : un manteau marron à très grand col de fourrure synthétique

Un pantalon en velours couleur prune

Et des santiags larges, dans lesquelles tirebouchonnaient des chaussettes rouges.

Ses cheveux étaient gris et crasseux, formant des sortes de dreadlocks hasardeuses. En fait ce n’était pas ses cheveux, plutôt une sorte de perruque en bout de course, dont on voyait le filet par parties.

Et aux mains : des gants de ski. Tellement troués, décousus, que certains doigts en sortaient entièrement.

 

Je l’ai regardé longuement, cinq stations. Je l’ai regardé s’endormir et se réveiller, se réveiller et s’endormir. Il m’a lancé à un moment un regard mince et sans aménité. Puis s’est rendormi. J’ai regardé sa belle tête d’acteur épuisé dodeliner sans cesse.

 

Sa leçon de fatigue était immense, sans appel. Je traînais la mienne comme un fardeau, il revêtait la sienne comme un supplément d’hétéroclite à son habit de scène, il portait la sienne comme une gloire.

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 13:01
Des amies attentionnées m'ont offert ces images de tarot des mains. Puisqu'on cherche partout des échos, me voilà à me demander si je suis plutôt aujourd'hui, proche de la carte "gain d'un procès ou d'une pétition", ou bien de celle "grande élévation de position", je redoute la carte "femme violente, querelle d'intérieur", et finalement je tombe sur celle-ci qui me semble me coller aux basques assez régulièrement : "contrariété, retard" et qui, retournée, s'intitule "indécision".

Mais j'ai un grand sens de l'impartialité. Je vois qu'il y a des correspondances indiquées avec des cartes à jouer tout venant, je vais chercher le jeu, sans doute incomplet, qui traine au fond du tiroir du meuble jaune, et je tire.

La carte indécision était le 9 de carreau. Je tire le 8. Erreur au moment de viser? En tout cas, c'est plus encourageant : "Partie de campagne, petit voyage" donne, inversée : "visite de plaisir".

Comme quoi.




Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 12:35

Politesses de la nudité
Appartenances proclamées
Nombril déplacé, centrifuge
Tranchants intérieurs exhibés et rutilants

Si nous savions nous faire les mains réellement si mignardes, si agressives, que seraient nos poignées, que seraient nos caresses?

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 19:00
Nous cherchons, nous cherchons, nous cherchons parfois désespérement de quoi nous nourrir.
Il y a des jours où ça tombe tout cuit, ça tombe sous le sens, ça tombe comme la manne et même pas besoin de se baisser.
Il y a des jours de peu, où nous sommes bien obligés d'aller chercher aux mangeoires communes.
Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 20:00
 

Il y a d'autres manières, que les chiffres et les lettres, de se faire des quadrillages où accrocher son corps, sa chair.

Béatrice Rilos :

Je dessine toujours sur ma peau. Le support n’est pas commode. J’utilise des stylos-bille… peut-être que l’outil n’est pas adéquat.
Les dessins que j’obtiens ne me conviennent pas encore, je garde espoir d’y parvenir.
Je ne sais pas ce que je cherche, pourtant il me semble que le but est le même que celui joué par les objets en tissu : non pas recouvrir la surface, mais y créer un réseau de signes, quelque chose pour me consolider : un exosquelette.

Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 18:00
 

J'ai dans mon petit catalogue une sur-représentation très nette des mains de jolies jeunes femmes modernes, car je n'arrive pas à être systématique, et bien souvent j'échoue, j'abandonne avant de commencer, je ne demande rien à la personne qui est en face de moi, je n'ose pas. Mais les jolies jeunes femmes modernes, c'est facile :
- elles ont l'habitude certainement de se faire aborder, de manière parfois plus, enfin, différente
- elles savent ce que c'est qu'un blog
- elles ont des jolies mains et n'ont aucune raison d'en avoir honte

Celle-ci, deuxième occurrence de la main griffée par un chat, qui cette fois s'appelle Yuki et elle ne sait pas pourquoi, ce n'est pas son chat. Celle-ci, comme moi, se griffonne les mains au stylo pour faire des petits pense-bête. J'ai demandé ce qu'elle avait noté comme ça, il y avait D5 je crois, ou B5, sur la photo comme d'habitude on ne voit rien. J'ai pensé touchée coulée, j'ai pensé aux allées du cimetière où Chloé Delaume stationne, et moi aussi depuis quelques jours car j'ai malheureusement laissé son livre sous le lit de mon lieu de vacances. Mais non, ce n'était pas ça : elle revenait du Salon de l'agriculture.


Repost 0
Published by cécile portier - dans A mains nues
commenter cet article