Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 19:13

 catégorie chien
A la faveur de quelques commentaires gentiment réprobateurs, je m'interroge sur le destin de Nathalie Pages. Il semblerait en effet que je ne lui facilite pas la vie, et que les catégories censées la dessiner progressivement ne font que la défigurer. C'est vrai, sans doute. Mais peut-être était-ce ce qu'il y avait à montrer :
1- que les catégories échouent sans cesse à décrire la complexité du monde. Ainsi, Nathalie allait entrer dans un restaurant quand elle tomba en arrêt sur cet écriteau, qui la laissa perplexe : était-ce à dire que les bassets seulement étaient interdits dans ce restaurant, ou bien toute la catégorie chien, bien plus conséquente? De la même manière, l'écriture des sismographes sociaux perd en pertinence, souvent, ce qu'elle croit gagner en acuité, dans son souci constant d'affiner l'analyse.
2- que certaines catégories induisent le dénigrement. Ainsi, Nathalie Pages n'aurait eu aucune difficulté à considérer que l'écriteau désignait l'ensemble de la catégorie chien si un beau labrador avait été dessiné en lieu et place d'un basset. Nous avons tous intégré que certaines sous catégories de catégories sont plus représentatives d'universalité que d'autres. Et Nathalie Pages, qui ne fait pas partie d'une sous catégorie dominante et donc universelle, en subit les conséquences tout en souscrivant à cette manière de voir.
3- que les catégories souvent ne servent pas qu'à la description du monde, mais bien à l'exclusion d'une partie précise, précisément dessinée.
4- que la manipulation des catégories est suffisamment aisée pour que tout un chacun se retrouve, à un moment ou un autre, le basset de quelqu'un.

Ayant dit tout cela, que reste-t-il? Qu'à vouloir saboter un système puissant, et malgré tout reconnu comme utile, on court le risque de se brûler les doigts à la bombinette qu'on a soi-même posé, sans avoir entamé le plus petit pilier du grand ouvrage... Ainsi se retrouve Nathalie, légèrement sabotée. Mais de certaines blessures peuvent couler des sèves puissantes.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier - dans Simple Appareil ®
commenter cet article

commentaires

L....................................................uC 14/02/2010 07:55


@Depluloin: mais vous êtes partout nom de nom !!!


cécile portier 14/02/2010 13:05



Le monde est petit, peut-être?



Depluloin 13/02/2010 23:04


Pardonnez-moi, c'est une honte mais je l'assume : juste pour vous dire que je viens chez vous.


cécile portier 14/02/2010 13:04


Mais vous êtes le bienvenu, cher Depluloin!


delest 12/02/2010 13:06


(Essai de commentaire idiot, avec blackberry). Euh... Le panneau, il signifie peut-être simplement qu'ils sont en panne de hot-dog ?


cécile portier 12/02/2010 13:34


Le blackberry rend imaginatif, à ce que je vois! Remarquez bien que patate et saucisse vont toujours bien ensemble. Mais, début de réponse : le panneau était apposé à la porte d'un restaurant
japonais... leur machine à hot-dog n'avait semble t-il même pas été livrée. Ou alors, aujourd'hui, pas de tempura de médor?


Zoë 12/02/2010 11:09


Je ne sais pourquoi, la catégorie m'évoque la chanson Jane B
http://www.youtube.com/watch?v=19a7YvhN3Zk
On ne sait rien d'elle yeux bleus, cheveux châtains, domiciliée chez ses parents. Elle était fichtrement jolie, il n'empêche.
Retrouvé le chemin de votre blog, après quelques péripéties (disparition impromptue de ma liste).


cécile portier 12/02/2010 12:13



la disparition, l'effacement de soi-même de toute catégorie préexistante, peut-être tentante ... mais en tout cas pas la disparition de votre blog liste ! Merci de m'avoir retrouvée, et
merci pour l'arbre à palabres (nos métaphores végétales se complètent...)



PhA 12/02/2010 09:58


Se retrouver le basset de quelqu'un, ça me rappelle Portrait de l'artiste, de Lauzier. (On peut aussi être le lion d'un autre.)


cécile portier 12/02/2010 12:10


Oui, c'est parfois même plus inconfortable.