Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 20:00

 

Photo0316

 

Devant eux, jeunes gens, je parlais. Tandis que, je sentais venir à moi, par l'arrière du crâne, ou plutôt par dessus l'épaule, comme ces liseurs impolis, une sensation ancienne et incongrue.  J'étais trop occupée à parler pour mettre un nom dessus, une origine, un contexte. Savais seulement que vraiment ça n'avait rien à voir. Ou presque.

Je parlais, je regardais ces grands corps posés sur les chaises, et les chaises démontraient à quel point elles n'étaient pas faites du tout pour cela, recevoir des corps d'adolescents. Eclatait l'évidence que ces corps là sont pour être débout ou allongés, mais pas du tout pliés.

Je parlais, je regardais leurs visages lisses, pas encore tout à fait déployés, et leurs paupières majoritairement baissées avaient quelque chose de beau et de décourageant.

Je cherchais l'origine de cette sensation renouvelée, rééprouvée dans cette situation de leur parler, et je me disais qu'ils n'étaient pas du tout comme des vases qu'on remplit. Ni non plus comme des boites fermées.

Je parlais comme une très longue pluie, me semble t-il, qu'on doit subir sans désagrément majeur. Pensant cela j'ai retrouvé l'adéquation d'avec la sensation ancienne. C'était celle de toucher les feuilles d'un bananier. Ca pousse très vite pareil, mais ce n'est pas tant ça, c'est surtout ce côté faussement imperméable de la feuille. Tout lui glisse dessus, dirait-on. Mais un matin on effleure une feuille en passant, et c'est la feuille qui cette fois-ci vous fait tomber dessus la pluie qu'elle a fabriqué seule dans la nuit.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

tor-ups 30/09/2010 09:23


... l'impression que tout le monde est à l'extérieur... et qu'on est sauvé par la pluie...


L'entrée des sauvages 29/09/2010 00:30


J'ai commandé votre livre aujourd'hui. Les jours qui vont suivre vont me voir m'adonner à un prosélytisme éhonté.
(Merci pour la iule, pour le maniementminimum...; c'est délicieux)


cécile portier 07/10/2010 15:51



Je suis une vilaine, même pa répondu à votre gentil message. Merci beaucoup à vous



delest 27/09/2010 21:48


Non mais quels loufiats ! La prochaine fois que vous leur causerez littérature, j'espère que vous leur prodiguerez un petit incipit anti-"paupières majoritairement baissées et corps pas du tout
pliés" à la lance à incendie !


cécile portier 27/09/2010 22:09



à vrai dire je ne leur causais pas littérature, donc je ne peux pas du tout leur en vouloir!



nathalie 27/09/2010 21:11


Et voilà, le bananier de la photo, je ne le verrai plus du tout de la même manière. Toute une classe adolescente sous la verrière !


cécile portier 27/09/2010 22:06



moi même d'un jour sur l'autre je ne le reconnais pas!