Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 13:33

 

 

 

Je me suis réveillée ce matin perchée dans le bleu, dans le lumineux. Je suis sortie, en bas je savais bien qu'il y avait la mer, mais c'était mieux de continuer sur les hauteurs, alors j'ai sillonné la colline selon la même courbe de niveau, j'ai longé une rue aux maisons basses, elle semblait déboucher dans le ciel directement. Au bout, il y avait quand même quelque chose, le cimetière marin. Mais est-ce vraiment un lieu, le cimetière marin? Ce n'est pas un lieu, c'est de l'écriture, de l'écriture directement transfigurée en géographie, adossée à l'azur. Et c'est pour cela que ce cimetière là est si aisément transposable en chansons, en citations. Il est déjà au bon format.

J'y suis entrée, forcément. J'ai longé les allées, certaines excavées.

 

SAM_0824.JPG

Bientôt je suis tombée sur des panneaux qui me disaient où aller.

 

SAM_0825.JPG

Mais après, ça s'est compliqué.

 

SAM_0820.JPG

Alors, je me suis laissée prendre par des détails. J'ai trouvé, par exemple, et c'est normal dans ce lieu qui n'en est pas un, qui est de l'écriture directement, j'ai trouvé des grands-parents possibles pour l'un de mes personnages de fiction. J'ai été triste de les retrouver là, de faire leur connaissance comme ça.

SAM_0818.JPG

J'ai vu, aussi, les ombres portées de l'histoire.

 

SAM_0816.JPG

Et puis, plus loin, j'ai trouvé l'exact inverse de ce que je croyais chercher. Un emplacement, qui ne signalait plus rien d'autre que son abandon. Et je me suis dit que c'était bien ainsi, je n'avais pas besoin d'aller plus loin, j'avais trouvé l'essentiel : la fin des concessions.

 

SAM_0811.JPG

Le reste, on ira le trouver dans les livres, car en vrai c'est là qu'on s'abreuve.

 

SAM_0813.JPG

Alors j'ai descendu la colline, jusqu'au miroitement des canaux, jusqu'à l'odeur de poisson. En frôlant une vitrine j'ai vu cette autre stèle, et j'étais bien d'accord : nous n'avons pas besoin de preuve.

 

SAM_0830.JPG

Et ce soir, j'irai pique-niquer sur le brise-lames avec mes amis, Juliette et Stéphane. On ira sur un bateau, qui s'appelle l'Espadon.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

lignes bleues 02/12/2011 09:25

heureux vases communicants, plaisir de la découverte et amusement de voir que nos yeux furent attirés par les mêmes détails !

Thaddée 13/06/2011 22:40


Jean Vilar et Paul Valéry, à ce que je vois, n'ont pas pris le même chemin...


delest 23/05/2011 21:43


Eh ben... Cimetière ou pas, vu le temps nécessaire pour nous gratifier d'une vague nouvelle indirecte concernant Nathalie, je comprends enfin tout le sel de l'expression : "faire mariner
quelqu'un".


cécile portier 25/05/2011 14:54



la marinade, me semble t-il vient également du pourtour de la Méditerranée..



gmc 18/05/2011 17:29


LE SEIN SANS INCERTAIN

Un bateau comme un espadon
Le mât centré dans les voiles
Qui tourbillonnent en fredonnant
D'incroyables aventures
Sur la surface éclairée
D'un globe de cristal
Dont la profondeur de l'arôme
Imprègne les sensibilités
Et enchante comme on enfante
Des vibrations soyeuses
L'électricité des allégresses
Et le velours de l'aurore


cécile portier 25/05/2011 14:52



en ce moment je n'arrive pas à trouver le temps de venir écrire d'autres textes, et c'est bien dommage, car vos textes en écho me manquent... Je vais m'y remettre



PhA 18/05/2011 07:47


Beau soleil à tous !