Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 15:20

Photo0508.jpeg

 

Comprendre : volonté, réflexe, de capter, de suspendre. Pour que dans le fixe enfin quelque chose nous semble apparaître. Sauf que, de deux choses l'une :

- ou bien on se ferme rapidement à ce qui est donné, et on en a une vision nette, mais fausse : une suprise morte

- ou bien on est à obturation lente, et alors on voit bien que la forme est un leurre.

Partager cet article

Repost 0
Published by cécile portier
commenter cet article

commentaires

Alice M 29/12/2010 07:54


Mais si mais si c'est cela le réel !! c'est l'évanescence,c'est le mouvement, c'est précisément ce qui échappe et qu'on ne peut pas fixer ! cette photo (de vous ?) le dit superbement ! c'est dans
le flou, le superposé, le fragmenté qu'on peut saisir un peu de ce qui fait la vie.
http://www.flickr.com/photos/en_lisant_ecrivant_ecoutant_regardant_photographiant_rigolant/2260951460/in/set-72157594382845402/


gmc 17/12/2010 22:30


DOLMEN D'AVANT-GARDE

Des temps nomades
Reste le flou
Qui accompagne l'absence
De compréhension

Qui comprend s'enchaîne
A des sens fixes
Un avant-goût de la sclérose
Déjà vieux avant l'heure

L'ignorance danse
Un sourire sur les lèvres
Un oeillet à la boutonnière
Classique et classe

Le sens d'un mot
C'est un climax étincelant
Comme un feu d'artifice
La chaleur de l'ouverture
En guise de prologue amoureux


cécile portier 19/12/2010 06:20



Oui, la question de la vitesse et de l'immobilité est centrale dans l'écriture



jc 16/12/2010 14:21


Alors, arrive le dessinateur: lui voit, mais reste seul à voir


cécile portier 19/12/2010 06:16



Ou alors, celui qui écrit. Ce que je n'ai pas dit c'est que j'ai lu récemment La Fille aux cheveux étranges de David Foster Wallace, extraordinaire bouquin, qui m'a laissée notamment avec 
cette impression de vitesse, d'efforts féroces pour attraper ce qui échappe, pour l'attraper par lambeaux, au delà de la fixité d'une compréhension lucide.



delest 15/12/2010 21:58


On ne peut avoir le leurre, et l'argentique du leurre.


cécile portier 19/12/2010 06:11



Et surtout pas le sourire de la réalité en plus, cette crémière aux mollets bien plantés, mais à la langue fourchue



Christophe Sanchez 15/12/2010 16:51


ah difficile de capter le réel mais est-ce vraiment ça l'important... Moi j'aime beaucoup le mouvement dégingandé là


cécile portier 19/12/2010 06:08



Non seulement je ne capte pas le réel mais pas non plus mes commentaires, que rien ne m'a signalé! Merci Christophe, moi aussi j'aime mieux cela que les marches militaires, qui sont nettes à
chaque coup.